Un monde de maux.. un monde de mots

Bienvenue sur mon blog

22 novembre, 2012

Hommage à GG VICKEY, souvenirs de mon enfance et de ma douce Maman

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 14:16

Image de prévisualisation YouTubeMA TOUTE BELLE BERCEUSE…Hommage à GG VICKEY, souvenirs de mon enfance et de ma douce Maman 102_0583

Hommage à GG VICKEY, souvenirs de mon enfance et de ma douce maman

12 avril, 2010

Bienvenue

Classé dans : Presentation — unmondeetmoi @ 12:52

Voici mon blog et bonne visite
sanstitre.jpg

13 juillet, 2013

La crise au Nord Mali est-elle derrière nous?

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 21:29

Environ 120 soldats français ont débarqué jeudi à l'aéroport de Blagnac, près de Toulouse. Photo d'illustration.Surement une bonne nouvelle pour leurs familles en France ,mais que va t il se passer après eux … au Mali?

Aie aie pourvu que je me sois trompée, hélas j’ai bien raison de m’inquieter..

 

Les premiers soldats français de retour du Mali

Par Chloé Durand-Parenti

Les premiers soldats français sont rentrés du Mali jeudi après-midi, matérialisant le début du retrait progressif de l’armée française après trois mois d’opérations. Environ 120 hommes – du 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) de Pamiers, du 35e régiment d’artillerie parachutiste (35e RAP) de Tarbes (Hautes-Pyrénées) et de la 11e brigade parachutiste qui les chapeaute – se sont posés et ont commencé à débarquer vers 15 h 30 à Blagnac. Mobilisés dans l’urgence en janvier, ils ont participé aux combats rapprochés et infligé de lourdes pertes aux islamistes, tout en affrontant la chaleur et les conditions extrêmes du massif montagneux de l’Adrar des Ifoghas. Les Bérets rouges de Pamiers, qui, avec une centaine d’hommes, représentent le gros du contingent rentré jeudi, ont perdu là-bas l’un des leurs : le caporal Cédric Charenton, tué le 2 mars lors de l’assaut lancé par sa section pour déloger les djihadistes d’un de leurs retranchements.

Encore quelque 4 000 soldats au Mali

« Ils rentrent, mission accomplie, d’une belle mission de deux mois et demi sur zone », a déclaré le chef de corps du 1er RCP, le colonel Antoine de Loustal, venu les accueillir, « ce n’était pas quelque chose de simple. Ils ont été au contact (…) Il y a eu des combats extrêmement rudes face à des gens déterminés, fanatiques ». « C’était une vraie mission de fantassins dans des conditions climatiques difficiles », avec une logistique réduite loin de ses bases, un barda écrasant et de longues marches dans une région désertique pour aller chercher l’ennemi dans ses sanctuaires, a-t-il souligné. Maintenant, « ils vont pouvoir un peu souffler », a-t-il ajouté.

Avant de regagner la France, les soldats ont décompressé quelques jours à Chypre, suivant une procédure en usage désormais pour faciliter la transition des militaires de retour d’opération. Ils devaient rallier jeudi après-midi en car Pamiers et Tarbes, pour y retrouver leurs familles à la caserne. La plupart des soldats rentrés jeudi appartiennent à la deuxième compagnie du 1er RCP. Une centaine d’hommes d’une autre compagnie sont restés au Mali, selon le colonel de Loustal. Leur retour devrait être l’affaire de quelques semaines, a-t-il indiqué. Désormais, le nombre de soldats français présents au Mali s’élève à « un peu moins de 4 000″, après le retrait d’une première centaine de parachutistes qui étaient déployés dans le nord-est du pays, a indiqué jeudi l’état-major des armées.

 

Sources Le Point, Chloé Durand-Parenti

 

 

 

12 juillet, 2013

Quoi de neuf?

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 12:50

Enfin une bonne nouvelle !

Tenez ! Qui ne s’est jamais vu, entendu balancer à la figure ou au téléphone « si on ne répond pas d’ici 3 mois, considérez que c’est un refus.. » sèchement ?

Hein, qui ? hé oui, on attend tous une réponse quelque part de l’administration.. Désormais il semblerait que le silence de l’administration signifie qu’elle nous accorde la chose demandée.

Je dis… allons plus loin!..

Si par extension cette interprétation du silence pouvait être étendue au domaine de la recherche d’emploi, le gouvernement aura réussi sa révolution de mœurs et d’apprentissage de la politesse à certains.

 

Concrètement, tout silence, toute non réponse après une demande d’emploi, – qui elle vaut un certain prix pour celui ou celle qui la formule– signifie que la demande d’embauche à tel ou tel emploi accordée !

 

Le  contraire doit être prouvé par l’employeur et tout litige né de cette situation relève directement des prudhommes

 

Exemple : Si je perds une autre opportunité de travail à cause du silence de Total, Carrefour ou Veolia, l’une ou l’autre de ces entreprises devrait être condamnée à me verser un dédommagement par jour de retard calculé au prorata du salaire escompté par mois. Ceci ne serait pas incompatible avec d’autres indemnités si une entreprise s’avère être multirécidiviste…voilà.

Et je m’empresse d’ajouter que le secteur de la recherche d’emploi –sauf industrie nucléaire, peut être la haute finance– ne représente aucun risque nécessitant le recours à la restriction envisagée dans le texte. Donc le silence du recruteur ne saurrait faire l’occasion d’aucune autre interprétation contraire. On n’est pas à la NSA Chiche !!

 

Lire l’article ici : http://www.liberation.fr/societe/2013/07/12/administration-un-silence-qui-voudra-dire-oui_917610?xtor=rss-450

 

Adissa

5 juillet, 2013

RAY LEMA, atandili

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 14:50

Découvrez cette belle musique de Ray Lema

http://www.dailymotion.com/video/xooivt

C’est un vrai régal pour les oreilles en vous souhaitant à tous un bel été!

Mélodie du bonheur à l’africaine

Atandili :-)

24 juin, 2013

Citation

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 23:27

 

 

 

Citation ptdc00241-300x225

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque.

À te regarder ils s’habitueront »

RENE CHAR

 

29 avril, 2013

Y a vraiment pas de quoi etre fier

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 0:05

A développer:

 

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2013/04/24/la-guerre-aux-migrants-a-fait-18-000-morts-au-moins/

29 novembre, 2012

L’Union Européenne

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 12:12

HISTOIRE  DE L UNION EUROPEENNE

 

Création : le bilan désastreux des deux guerres mondiales a poussé les nations européennes à s’unir pour empêcher de nouveaux conflits et faire face aux défis futurs.

S’ensuivent :

La déclaration Schuman du 9 mai 1950  considérée comme le point de départ de la construction européenne. Et en 1957, la signature des traités de Rome marque la volonté des  Etats fondateurs de créer un espace économique commun, dans lequel les hommes et les marchandises circuleraient librement.

Enfin, En 1993, l’entrée en vigueur du traité de Maastricht, donne naissance à l’Union européenne, c’est une nouvelle étape dans la construction d’une communauté politique à l’échelle du continent.

LES 27 ETATS MEMBRES

L’Union européenne est « l’association économique et politique » de 27 Etats appartenant au continent européen : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

Trois Etats ont la qualité de candidats : la Croatie et la Turquie, pour lesquelles les négociations d’adhésion ont commencé, ainsi que l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM).

 

Quels sont les objectifs de l’UE ?

L’Union européenne (UE) a pour objectifs :

  • d’établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens, de sauvegarder la paix et de rechercher l’unité politique
  • d’assurer, par une action commune, le progrès économique et social : création d’un marché intérieur européen et renforcement de la cohésion sociale.

 

 

 

 

 

Comment fonctionne l’Union européenne ?

Une organisation fondée sur des traités

La structure juridique de l’Union européenne repose sur des traités, ratifiés par les Etats membres. Le dernier traité ratifié est le traité de Nice. C’est lui qui fixe l’ensemble des compétences de l’Union européenne.

 

L’UE repose aujourd’hui sur trois « piliers »  aux modes de fonctionnement différents :

  • un pilier communautaire, qui concerne l’essentiel des compétences de l’UE,
  • un pilier « JAI » (Justice et Affaires intérieures)
  • et un pilier « PESC » (Politique étrangère et de sécurité commune).

Le traité de Lisbonne signé par les 27 Etats membres de l’UE, mais qui n’a pas encore été ratifié par l’ensemble des pays, fusionne ces trois piliers.

 

Les compétences de l’Union

Les Etats membres ont délégué une partie de leurs compétences aux institutions communautaires.

Ainsi, à côté des pouvoirs nationaux, régionaux et locaux, existe un pouvoir européen fondé sur des institutions démocratiques ou indépendantes, mandatées pour intervenir dans plusieurs domaines. L’étendue de la compétence de l’UE dépend du domaine concerné:

  • les compétences exclusives ; c’est par exemple le cas en matière commerciale, agricole ou monétaire.
  • les compétences partagées. C’est le cas le plus fréquent. L’Union européenne agit alors à la place des Etats si l’action commune est considérée comme plus efficace que celle des Etats agissant séparément (selon le principe de subsidiarité);
  • Il existe enfin une dernière catégorie de compétences dites d’appui : dans ce cas, la compétence principale reste du ressort des Etats membres, mais l’UE peut appuyer leur action. C’est le cas en matière de recherche, ou bien encore en matière de santé publique.

 

 

Des institutions propres

L’Union européenne a ses propres institutions et instances communautaires :

Dans la plupart des cas, les décisions sont prises par le « triangle institutionnel » composé de la Commission européenne, du Parlement européen et du Conseil des ministres.

Un budget propre

Le budget 2007 s’élève à 126,5 milliards d’euros. Les prochaines perspectives financières ont été fixées pour la période 2007-2013, avec un montant global de 866,4 milliards d’euros.

Quels sont les symboles de l’Union européenne ?

L’Union européenne est identifiée par des symboles :

  • un drapeau : 12 étoiles or sur fond bleu forment un cercle en signe d’union.
  • un hymne : « l’Ode à la Joie« , prélude du 4ème mouvement de la IXème symphonie de Ludwig van Beethoven.
  • une fête : la « Journée de l’Europe » est célébrée le 9 mai, en souvenir de la déclaration Schuman de 1950, véritable point de départ de la construction européenne.
  • une monnaie unique : l’euro. Ratifié en 1992, le traité de Maastricht propose la mise en place d’une monnaie  unique dans l’UE. Les pièces et billets sont introduits au 1er janvier 2002 dans les pays remplissant les conditions requises ;
  • une devise : « Unie dans la diversité« . Elle apparait officiellement pour la première fois en 2004, dans le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Cette devise illustre la volonté de l’UE pour faire en sorte que les différentes cultures, traditions et langues des Européens soient un atout pour le continent.

 

 

Le Parlement européen

Seule institution de l’Union européenne élue directement par les citoyens, le Parlement européen (PE) est composé de députés, qui exercent trois pouvoirs : législatif, budgétaire et contrôle politique des autres institutions européennes.

Le Parlement européen représente les 492 millions d’habitants des 27 Etats membres de l’Union européenne (UE).

Fonctionnement et organisation

Elections

Avant d’être élus directement, les membres du Parlement européen étaient désignés par chaque parlement national. Ils avaient, de ce fait, un double mandat. La Conférence au Sommet de Paris des 9 et 10 décembre 1974 souligna que des élections directes « devraient intervenir à partir de 1978″ et invita le PE à présenter de nouvelles propositions, le projet de convention adopté par celui-ci n’étant plus d’actualité. Dès janvier 1975, le PE adopta un nouveau projet.

Composition du Parlement européen

La future répartition des sièges au Parlement européen ( Traité de Lisbonne)

Pour la nouvelle législature qui débutera en juin 2009, la Roumanie et la Bulgarie  qui ont adhéré au 1er Janvier 2007, compteront respectivement 33 et 17 députés européens. Le Parlement sera quant à lui composé de 736 membres.

La durée du mandat des députés est de 5 ans.

Le nombre de députés élus est de 78 pour la France..

Le seuil minimum de parlementaires européens par Etat membre est fixé à 6 parlementaires et le maximum à 96, ce qui aura des conséquences pour l’Allemagne.

Le Parlement est organisé en groupes politiques : les députés ne se regroupent pas par délégations nationales mais par affinité politique en fonction des partis nationaux auxquels ils appartiennent. Pour former un groupe politique, il faut au minimum 20 députés originaires d’au moins 6 États membres.

 

 

Siège et lieux de travail

Le PE siège en session plénière quatre jours par mois à Strasbourg.

Entre chaque session mensuelle, une à deux semaines sont consacrées aux commissions permanentes spécialisées et une semaine aux réunions des groupes politiques. Ces sessions et réunions ont lieu à Bruxelles.

Le Secrétariat général et ses services sont installés à Luxembourg. Le PE dispose par ailleurs d’une représentation permanente dans chaque Etat membre.

Missions

Le Parlement européen exerce trois pouvoirs fondamentaux.

1/Pouvoir législatif

Le pouvoir législatif du Parlement européen s’exerce selon quatre procédures différentes en fonction de la nature de la proposition en question :

  • consultation simple : il donne un avis consultatif (par exemple, sur la fixation des prix agricoles), mais cet avis n’est pas juridiquement contraignant ;
  • procédure de co-décision : si le Conseil n’a pas pris en compte la position du Parlement dans sa position commune, celui-ci peut empêcher l’adoption de la proposition.
  • avis conforme : dans ce cas, l’avis du Parlement est juridiquement contraignant et doit donc être respecté ;
  • procédure de coopération : Le Conseil ne peut alors passer outre la position du Parlement qu’à l’unanimité. Cette procédure est devenue l’exception depuis la mise en oeuvre du traité d’Amsterdam, et s’applique désormais exclusivement au domaine de l’Union économique et monétaire.

2/Pouvoir budgétaire

La procédure budgétaire de l’UE

La Commission, le Parlement et le Conseil de l’UE sont les trois institutions chargés d’adopter le budget. Celui-ci s’élève à 862, 3 milliards d’euros pour la période 2007-2013.

3/Contrôle politique des institutions européennes

Le PE dispose de plusieurs instruments de contrôle. Ce pouvoir s’effectue via :

  • les débats, qui donnent lieu à des votes de résolutions ;
  • les questions écrites ou orales posées à la Commission et au Conseil ;
  • l’approbation de la nomination du président de la Commission européenne et des commissaires ;

Le traité de Lisbonne renforce le rôle du Parlement européen au sein du triangle institutionnel.

 

La Commission européenne

La Commission européenne est l’organe exécutif de l’Union européenne. Elle est politiquement indépendante et représente l’intérêt général de l’Union.

Dans le cadre des grandes orientations fixées par le Conseil européen, elle prépare et met en oeuvre les décisions du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen.

Fonctionnement et organisation de la Commission

« gardienne des traités »

José Manuel Durao Barroso (Portugal),

Président de la Commission européenne.

Depuis le 1er janvier 2007 et l’adhésion de la Roumanie et la Bulgarie, la Commission compte 27 commissaires.

Le traité de Nice stipule que lorsque l’Union européenne atteindra 27 membres, le nombre de Commissaires sera inférieur au nombre d’Etats membres. Dès lors, les Commissaires seront nommés selon un système de rotation égalitaire, dont les modalités devront être définies.. Les Commissaires sont nommés pour 5 ans renouvelables et choisis en raison de leurs compétences générales.

Le président de la Commission attribue à chaque Commissaire un portefeuille spécifique, par exemple, la gestion de la politique commerciale.

Son siège se situe à Bruxelles mais elle dispose également de Représentations dans chaque Etat membre et de Délégations dans les pays en voie d’adhésion et les pays tiers.

Missions

La Commission européenne assume quatre fonctions principales :

1/Fonctions législatives

La Commission joue un rôle central dans le processus législatif communautaire dans la mesure où elle est investie d’un droit d’initiative quasi-exclusif.

  • La Commission élabore les textes législatifs (directive et règlement) et les soumet à la délibération du Parlement européen et du Conseil en fonction des matières concernées.
  • Dans le cadre des deuxième (PESC) et troisième piliers (coopération policière et judiciaire en matière pénale), la Commission partage le droit d’initiative avec les Etats membres.

Rappel : (PESC)  politique étrangère et de sécurité commune

 

2/Fonctions exécutives

Par délégation du Conseil, la Commission met en oeuvre les actes législatifs adoptés par le Parlement européen et le Conseil.

3/Contrôle de l’application du droit communautaire

La Commission veille, avec la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE), à l’application des traités et des décisions prises pour les mettre en œuvre. Elle est en cela, selon l’expression d’usage, « gardienne des traités ». A ce titre, elle peut prendre des sanctions à l’encontre des Etats membres qui ne respectent pas les obligations qui leur incombent..

4/Négociation des accords internationaux

Le Conseil autorise la Commission à négocier, sous son contrôle, les accords internationaux qui portent en tout ou partie sur des domaines de compétence communautaire.

Contrôle de la Commission européenne

Contrôle politique

Le contrôle budgétaire

Parmi les nombreux mécanismes d’évaluation, on trouve les enquêtes de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF). Cet organe indépendant se penche tout particulièrement sur les dépenses irrégulières.

Contrôle financier

La Cour des comptes examine les comptes de la totalité des recettes et dépenses de la Communauté et fournit au Parlement européen et au Conseil une déclaration d’assurance concernant la fiabilité des comptes

 

Le Conseil (des Ministres) de l’Union européenne  ou conseil de l’UE

Le Conseil de l’Union européenne est le principal centre de décision de l’UE. Les représentants des gouvernements en sont membres.

Fonctionnement et organisation

Rotation de la présidence

Chaque Etat membre est amené, selon un ordre de rotation préétabli, à présider le Conseil pour une période de six mois.

Composition

Selon les sujets traités, les ministres des Etats membres se réunissent en formations spécialisées.

Les ministres sont habilités à engager leur gouvernement. Ils sont donc politiquement responsables devant leurs parlements nationaux respectifs et devant l’opinion publique.

Organisation

Le Conseil tient une centaine de sessions officielles chaque année, au cours desquelles il adopte des règlements, directives, décisions, recommandations ou avis.

Chaque Etat membre est présent à Bruxelles à travers sa Représentation permanente, dirigée par un ambassadeur. Les représentants se réunissent chaque semaine en « Comité des représentants permanents » (COREPER) pour préparer les travaux du Conseil.

Pondération des voix

Depuis le 1er janvier 2007 le nombre total de voix au sein du Conseil s’élève désormais à 345. La majorité qualifiée s’établit à 255 voix.

La répartition des voix pour les Etats qui étaient déjà membres de l’Union avant le 1er janvier 2007 reste inchangée. La France comme les 3 pays les plus peuplés (Allemagne, Italie et Royaume-Uni) continue donc de disposer de 29 voix. La Bulgarie et la Roumanie se voient attribuer respectivement 14 et 10 voix. Le nombre de voix accordé à chaque Etat membre est en partie proportionnel à son nombre d’habitants.

Répartition des voix

 

 

Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni

 

 29 voix

 

Espagne, Pologne

 

 27 voix

 

Roumanie

 14 voix

Pays-Bas

 13 voix

 

Grèce, République tchèque,Belgique, Hongrie, Portugal

 

 12 voix

 

Suède, Autriche,  Bulgarie

 

 10 voix

 

Slovaquie, Danemark, Finlande, Irlande, Lituanie

 

 7 voix

 

Lettonie, Slovénie, Estonie, Chypre, Luxembourg

 

 4 voix

 

Malte

 

 3 voix

 

 

Modalités de vote

Siège et lieu de travail

Le Conseil de l’Union se réunit à Bruxelles ou à Luxembourg, sur convocation de son président. L’initiative peut venir de lui, d’un membre du Conseil ou de la Commission.
Certains débats sont ouverts à la presse et au public.

Missions et domaines d’intervention

Le Conseil est l’une des deux branches de l’autorité budgétaire : à ce titre, il arrête et modifie le budget européen avec le Parlement. Il a le dernier mot en matière de dépenses obligatoires.

Il est aussi responsable de la coopération intergouvernementale, en matière de politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et en matière de coopération policière et judiciaire en matière pénale.
 

Le Conseil européen

Le Conseil européen est l’héritier des conférences au sommet réunissant les chefs d’Etat ou de gouvernement des Etats membres de la Communauté.

Le premier de ces sommets s’est tenu à Paris en 1961. Lors du sommet européen de Paris de février 1974, il a été décidé que ces réunions de chefs d’Etat ou de gouvernement se tiendraient régulièrement et prendraient le nom de « Conseil européen », pour permettre une approche globale des problèmes de la construction européenne et assurer la cohésion d’ensemble des activités communautaires.

Attention : Le Conseil européen ne doit pas être confondu avec :

le Conseil de l’Union européenne qui réunit les ministres des Etats membres (par domaine de compétences) et qui adopte, avec le Parlement européen, les textes juridiques européens ni
le Conseil de l’Europe qui est une organisation internationale extérieure à l’Union européenne, tournée vers l’éducation, la culture et surtout la défense des droits de l’homme.

Composition

Le Conseil européen réunit les chefs d’Etat ou de gouvernement des Etats membres et le président de la Commission, assistés par les ministres des Affaires étrangères et par un membre de la Commission européenne (le plus souvent le Commissaire chargé des relations extérieures). L’usage veut également que les ministres des Affaires économiques et des finances participent aux réunions les concernant.

Fonctionnement

Le Conseil européen est présidé par le chef d’Etat ou de gouvernement dont le pays exerce pour six mois la présidence de l’Union européenne. La présidence du Conseil européen est assurée à tour de rôle par chaque Etat membre, pendant 6 mois, selon un système de rotation.

La France assure ainsi la Présidence actuelle à travers son président N. SARKOZY depuis le mois de Juin 2008.  

Relations avec les autres institutions

Le Conseil européen prend ses décisions de manière totalement indépendante..

Relations avec la Commission européenne

Les traités prévoient néanmoins une liaison organique avec la Commission, puisque son président fait partie du Conseil européen qui est par ailleurs assisté par un autre membre de la Commission. En outre, le Conseil européen, dans ses conclusions, demande régulièrement à la Commission de lui présenter des rapports préparatoires à ses réunions.

Relations avec le Parlement européen

La seule liaison : chaque Sommet débute par une rencontre avec le Président du Parlement européen ;

  • le Président du Conseil européen présente devant les parlementaires européens les priorités de sa présidence puis, à la fin des six mois, le bilan des activités. Ces interventions sont l’occasion d’un débat avec les députés européens.

Relations avec le Conseil de l’Union européenne

Le Conseil (des ministres) de l’Union européenne prépare les réunions du Conseil européen et adopte, avec le Parlement européen, les textes juridiques qui traduiront en actions les orientations fixées par les chefs d’Etat ou de gouvernement.

 

Concertation et conciliation

Il intervient pour débloquer une situation de crise, apporter une solution en cas de désaccord entre Etats membres. Il arbitre les conflits entre les institutions de l’Union européenne.

&&&&&&&&&      &&&&&&&&&&       &&&&&&&&&        &&&&&&&&&&

A NOTER : Au Parlement européen : Jean-Luc BENNAHMIAS siège dans les commissions et les délégations interparlementaires suivantes :

  • Commission de l’emploi et des affaires sociales
  • Commission de la culture et de l’éducation
  • Commission des pétitions
  • Délégation pour les relations avec l’Afrique du Sud
  • Délégation pour les relations avec le Canada

Il suit aussi les travaux des intergroupes parlementaires suivants :

  • Intergroupe Presse
  • Intergroupe Fédéraliste

Journal du député européen : journal trimestriel Vivant

Bonne visite

article rédigé en 2008 pour mes camarades effectuant la visite du PE

 

 

29 mai, 2012

Au fil de l’eau..

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 16:46

Mon blog aurait également pu s’intituler ainsi

Qu’importe, me revoici maitre de celui-ci après des mois et des mois d’inactivités dues pour beaucoup à moi-même (qui faisais un break) – et pour moitié que  je n’arrivais plus à accéder à celui-ci en mode « publication ».

Ouf! c’est réparé. Je vous adresse à tous un grand bonjour!

Vous m’avez manquésAu fil de l'eau.. Photo0156-1024x768.

 

4 juin, 2011

Plus de 120 cadavres d’Africains retrouvés au large de la Tunisie

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 11:21

Nous avions raison…hélas !!

L’actualité internationale et la situation qui suivi les crises politiques au Maghreb et ailleurs, nous a hélas donné raison. Ce n’était pas mon but recherché, en disant que des immigrés africains –privés de liberté- étaient livrés à la faim, la soif etc.  J’aurais au contraire, souhaité plus que tout, que les décideurs prennent les devants afin d’éviter les souffrances à ces hommes, ces femmes et ces enfants abandonnés au Sahara. Au lieu de ça, je me retrouve simplement à constater comme Cassandre dans le désert que les immigrés africains (lire article précédent) sont jetés dans la fosse au lions ?

Voir article, source internet 

«  Plus de 120 cadavres d’Africains retrouvés au large de la Tunisie

Les cadavres de ces Africains candidats à l’exil ont été retrouvés vendredi au large des côtes tunisiennes après que leur bateau en route vers l’Europe a fait naufrage cette semaine, a annoncé un responsable de l’Onu.  Le naufrage avait eu lieu jeudi. Depuis, les équipes lancées au secours des migrants qui tentaient de rejoindre les côtes italiennes s’efforcent de récupérer les corps. Selon les derniers bilans, au moins 120 cadavres d’Africains fuyant la  Libye et portés disparus au large des côtes tunisiennes ont été récupérés et entreposés à la morgue de Sfax. 

 Le premier bilan a été fourni sur place par un responsable du Croissant Rouge tunisien : il a annoncé vendredi en début d’après-midi que 123 corps avaient été repêchés sur plus de 200 portés disparus. Autre bilan, fourni à Genève par l’Organisation internationale pour les migrations : l’OIM a assuré de son côté que 150 corps avaient été retrouvés, en s’appuyant également sur une évaluation fournie par le Croissant Rouge. « Le Croissant Rouge tunisien a confirmé jeudi qu’il y avait encore des corps dans l’eau et que des opérations de repêchage étaient en cours« , explique l’OIM dans un communiqué de presse. « Il a également indiqué que 150 personnes, majoritairement originaires d’Afrique sub-saharienne, sont morts et que leurs corps ont été transportés à l’hôpital de Sfax« , ajoute-t-elle. 600 rescapés vont être transférés 

Ces migrants tentaient de rejoindre l’île italienne de Lampedusa à bord d’un chalutier. Leur embarcation est tombée en panne mardi à 20 miles (36 km) des îles tunisiennes de Kerkennah, mais de mauvaises conditions météo ont retardé les secours. Le bateau de pêche surchargé a finalement chaviré sous le poids des passagers après des bousculades pour tenter de monter à bord des petits bateaux de sauvetage dépêchés par les autorités, selon l’agence officielle TAP.

Près de 600 personnes ont pu être secourues lors du naufrage. Les migrants rescapés sont peu à peu transférés vers le camp de réfugiés de Choucha, situé à proximité de la frontière tuniso-libyenne, à plus de 300 kilomètres de Sfax. Environ 400 seront ainsi transférés ce vendredi par les militaires tunisiens de Sfax au camp de Choucha, selon l’OIM. »

Autre chose à rajouter ??? C’est triste pour l’Afrique

*Lien vers l’article :

http://lci.tf1.fr/monde/afrique/2011-06/plus-de-100-cadavres-d-africains-retrouves-au-large-de-la-tunisie-6517213.html

25 février, 2011

Guantanamo en Afrique?

Classé dans : Non classé — unmondeetmoi @ 10:57

africainsrevoltentmarocl1.jpg

Refugiés Coincés dans le désert, mes frères africains crient au secours !

 L’Europe doit se bouger pour venir en aide d’urgence aux refugiés du soleil malgré eux!!! Aujourd’hui, à part quelques revues spécialisées, personne ne parle du calvaire que vivent  des milliers de réfugiés africains au Maghreb. Des personnes démunies, et qui sont dans « l’attente » qu’on trouve une solution à leurs tentatives avortées de gagner l’Europe par la Méditerranée. Voyageurs clandestins, démunis, appauvris par le périple, ils venaient souvent de pays d’Afrique sub-saharienne et rêvaient de tenter leur chance en Europe avec femmes, enfants, bagages. 

C’était sans compter avec les accords passés de gré à gré avec des pays du pourtour magrébins, ou collectivement avec l’Union Européenne et le bassin méditerranéen. Alors le piège se referma sur eux. Apatrides, avec ou sans bagage ni titre, ils sont depuis devenus objets de chantage aux mains de Kadhafi, du Maroc.. Tenus en respect (mais sans considération de leur condition humaine) à travers des barbelés, ils mouraient déjà de misère au soleil dans des camps plus que sordides. Ils connaissent aussi, le rejet de l’étranger, le racisme, et l’exclusion pour ceux qui cherchent un travail (dans les cas où la chose fut possible).  Leur pays d’origine à présent lointain, leur manque et ils ne connaitront jamais l’Europe qu’ils avaient imaginée, la liberté qu’ils recherchaient ! Alors, oui, quand on nous parle aujourd’hui de réfugiés, ou du sauvetage de populations, hélas ! pour au final nous vanter l’arrivée en « terre sainte » d’un avion français, portugais ou italien ayant atterri avec à son bord les ressortissants des pays occidentaux qui quittent-les désormais points chauds de l’Afrique, eldorado touristique d’hier- que sont la Tunisie, l’Egypte etc.. et qu’ils sont accueillis à leur descente d’avions par les représentants de chancelleries et par les journalistes, je me demande, « et mes frères Africains, ne les avez- vous pas vus, coincés par les barbelés dans leurs prisons sous haute tensions électriques, n’avez-vous pas honte de les livrer ainsi à la vindicte, la faim, la soif » ? 

Exode sous régional 

 A cela s’ajoute aussi un autre drame, lié au chaos postrévolutionnaire. Celui qui frappe désormais des milliers d’autres « refugiés » nord-africains fuyant qui, pour rejoindre son propre pays d’origine à l’image de tunisiens qui fuient la Libye, où ils sont tenus par la population locale pour être à l’origine du soulèvement ayant gagné leur pays. Hallucinant ! C’est ainsi que par centaines, certains regagnent la Tunisie d’où ils étaient partis depuis bien des années, pour sauver leur vie y compris à pied, et par tous les rares moyens disponibles ils viennent se tasses à la frontière commune…  Il y a aussi ceux qui veulent quitter leur propre pays, où désormais la sécurité à déserté les rues et la guerre civile aux portes des quartiers à l’image de milliers d’Algériens ou Egyptiens candidats cherchant jour et nuit à s’enfuir vers l’Europe. Eux aussi on en entend parler, on voit même les images à la télé. Et l’europe a peur !!! Tous ceux-ci pêle-mêle, (Occidentaux, sous-régionaux..) nous vivons et suivons leur angoisses !  Quid des autres, de tous les autres ? Africains, eux qui n’avaient pas choisi cette destination comme point de chute, où il fait souvent 2à3 fois plus chaud qu’au Congo, Cote d’Ivoire, Guinée etc. ? Et pourquoi personne n’en parle ? Que tout le monde et en particulier le monde occidental se tait ?!  

  Immigration et barbelés arabes 

Il y a bien eu une « prescription de Guantanamo » à ciel ouvert pour ces populations. Les prescripteurs que sont l’Italie, la France et les autres pays de l’Union européenne (et non l’Amérique) sont soucieux de préserver leurs frontières. Résultat : cette  troisième « catégorie » d’humains (si on ose encore) comptant quelques centaines de milliers de Maliens, Sénégalais, Ivoirien ou Burkinabés… ont tous été parqués là, grâce à des accords passés avec l’Union Européenne sous les barbelés arabes dans le désert depuis des années. Des enfants y sont nés, dans ces conditions et qui si rien n’est fait d’urgence, ne connaitront jamais la vraie vie de famille, l’école, les jeux. C’est une urgence. Ils ne mangent même pas à leur faim !  

  photo1dictateurs.jpg Honteux ! 

Pire, aucune aide, aucun convoi international n’est mobilisé aujourd’hui pour les sortir de cet enfer où la température  moyenne avoisine les 60° en temps de paix.  Que se passera-t- il alors, si un Kadhafi en fin de règne prévisible, décide dans les toutes prochaines heures de leur balancer des roquettes en représailles aux soutiens de certains de ces pays dont ils sont originaires, ou pour se venger des Occidentaux qui le condamnent aujourd’hui après avoir fermé les yeux des années durant quand il avait l’exclusivité du pétrole libyen?  Allah est grand !! mes frères ! 

Aimez-vous cet article?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

12
 

Hors-piste |
Dicisbat's space |
Design et architecture en A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | artdia
| artdia
| fusainpinceaux